voyages

Partagez vos voyages... Simplement

Accueil » Guide » Océanie » Australie » Parc national de Mungo
Augmenter Diminuer Taille texte

Guide
Australie

Régions et villes

Parc national de Mungo

Le n°112 sur la carte

 

Le parc national de Mungo abrite le berceau de l'humanité. Sur les rives de l'ancien lac Mungo, les scientifiques ont trouvé les restes d'une femme et d'un homme qui vécurent là il y a 40 000 ans !

 

Le parc national de Mungo est situé au sud-ouest de la Nouvelle-Galles du Sud dans l'Outback désertique. Distant de 880 km de Sydney, il fait partie du Comté de Balranald, dont la principale ville, Balranald  au nord-ouest, est distante de 150 kilomètres. Ce parc fait partie de la région des lacs Willandra qui s'étend sur 2 400 km².

 

Cette région riche de 17 lacs salés a été la première d’Australie à figurer sur la liste du patrimoine mondial. La majeure partie de la superficie du parc est occupée par l'ancien lit du lac Mungo asséché. Ce site est exceptionnel par sa géologie mais aussi par ses sites archéologiques. C’est en effet ici que l’on a retrouvé des traces de peuplades humaines remontant à avant la dernière glaciation. Ces découvertes archéologiques ont mis au jour notamment l'homme de Mungo, le plus ancien australien retrouvé à ce jour et la femme de Mungo, la plus ancienne femme au monde jamais incinérée. Ces découvertes datées de plus de 40 000 ans font de ce site la plus vieille nécropole au monde.

Une géologie exceptionnelle


Le parc national de Mungo et plus spécialement le lac asséché de Mungo témoignent de milliers d'années d'histoire. En effet, sur la rive Sud du lac, les sédiments déposés pendant plus de 100 000 ans ont formé une série de buttes de sable en arceau de 26 km de long sur 30 mètres de haut. Ces buttes connues sous le nom de « murailles de Chine » sont formées de trois couches distinctes de sable.

 

La plus profonde et donc la plus ancienne appelée couche Gol Gol est rougeâtre. Elle date d'environ 100 000 à 120 000 ans. Au dessus,  la couche moyenne appelée couche Mungo, est grisâtre. Elle s'est formée entre 50 000 et 25 000 ans. La couche supérieure, la plus superficielle et la plus récente est d'un brun pâle. Elle est appelée couche Zanci et date de 25 000 à 15 000 ans. Dans cette superposition de couches, les archéologues ont trouvé des trésors notamment au sein de la couche moyenne. Cette dernière qui s'est formée avant les dernières périodes de glaciation est riche de nombreux animaux préhistoriques. Lorsque l'eau baissa en asséchant le lac pendant la dernière glaciation, le sol alcalin a permis de conserver des restes intacts. C'est dans cette couche que les  archéologues ont mis au jour des restes humains de la civilisation Mungo.

Un site archéologique unique au monde


Le parc national de Mungo est un site archéologique unique au monde. En 1969, Jim Bowler de l'université nationale australienne (ANU) y a en effet découvert les restes de la femme de Mungo. L'on a cru au départ que cette femme était vieille de 25 000 ans, mais des analyses complémentaires datant de 2003 ont révélé qu'en fait, la femme de Mungo était vieille de 40 000 ans. Cette découverte a ceci d'exceptionnelle qu'elle témoigne d'un rite funéraire particulier. En effet, la femme de Mungo a été incinérée avant d'être enterrée.

 

En 1974, le même  Jim Bowler a découvert cette fois un homme dans les replis des Murailles de Chine des rives du lac Mungo. Cet homme lui aussi est exceptionnel puisque ses restes ont été enduits d'ocre rouge avant d'être enterrés. Là encore, les signes d'un rite funéraire particulier sont évidents ce qui fait de ce cadavre le plus ancien australien connu ayant bénéficié d'un rite funéraire spécifique. L'âge de cet homme est encore sujet à caution. Certains spécialistes estiment que ces restes datent de plus de 60 000 ans tandis que d'autres estiment qu'ils n'auraient que 40 000 ans.

 

Outre ces deux découvertes majeures, le site du parc national de Mungo recèle de nombreux autres trésors comme des outils en pierre plus vieux que l'homme de Mungo. Le site atteste également de la forte mobilité des peuplades aborigènes puisque des meules en pierre vieilles de 5 000 à 10 000 ans sont clairement identifiées comme étant fabriquées avec un grès spécifique venant du bassin du Murray situé à 100 km du lac de Mungo.

 

Tout récemment, les archéologues ont également découvert les plus anciennes empreintes de pas d’homme en Australie vieilles de 23 000 ans. Sachant l'intérêt mondial de ces découvertes mais aussi l'intérêt spirituel qu'elles revêtent pour les aborigènes des peuples de la région que sont les Barkindji, les Nyiampaa et les Mutthi Mutthi, un accord a été passé par les aborigènes avec le gouvernement de Nouvelle-Galles du Sud pour un  aménagement respectueux du lac et du parc national.

Vous aimez voyages.net? Parlez de nous à vos amis sur FaceBook Partager
Vous aimez voyages.net?
Parlez de nous à vos amis

Partager sur Facebook

Menu voyage

Destination