voyages

Partagez vos voyages... Simplement

Accueil » Guide » Océanie » Australie » Port Arthur la prison
Augmenter Diminuer Taille texte

Guide
Australie

Régions et villes

Port Arthur la prison

Le n°67 sur la carte

 

Située à 93 kilomètres au sud-est de Hobart sur l'A9 Port Arthur est une ville historique qui abrita 1 100 détenus au plus fort de son activité pénitentiaire. Créée sur la péninsule de Tasman en 1830, la colonie recevait les convicts récidivistes, les plus coriaces !


La colonie de Port Arthur est l'attraction touristique la plus populaire de Tasmanie. Construite en 1830 en tant que station forestière, la ville est marquée à jamais par son passé pénitencier.

 

L'endroit était de fait réputé dans tout le royaume britannique pour offrir les conditions de détention les plus difficiles. Le site carcéral qui couvre 40 hectares a été bâti sur la péninsule de Tasman relié par une bande étroite de terre de moins de 100 mètres de large au reste de l'île (Eaglehawk Neck). Cette situation particulière au bout du monde favorisa l'implantation d'une cité pénitentiaire hors norme, une sorte de prison naturelle. Les évasions y étaient rares puisque l'Eaglehawk Neck étaient gardée par des chiens féroces enchainés et les eaux de la mer voisine étaient infestées de requins eux aussi sans pitié.

 

Deux prisons « modèles »


Le site de Port Arthur a reçu de sa création à sa fermeture en 1877 quelque 12 500 convicts récidivistes parmi les plus durs de l'empire britannique de l'époque.

 

Plusieurs incendies ravagèrent la colonie après son abandon mais une restauration minutieuse menée entre 1979 et 1986 permet aujourd'hui de pouvoir se rendre compte des conditions de vie draconiennes des prisonniers. Seuls les bâtiments en pierre et en brique sont encore visibles, les baraquements en bois ont disparus.

 

La déportation depuis les geôles de Sydney commença en 1830 à la création de la colonie par le gouverneur Arthur jusqu'en 1853.

 

Le pénitencier construit par les bagnards en 1844 était le plus grand du genre en Australie à son époque. Ses hauts murs abritaient un moulin et un grenier à grain pour nourrir les quelque 500 prisonniers détenus.

 

Un second établissement de réclusion, la Separate Prison fut construit en 1849 sur le modèle de la prison de Londres. Cet établissement « modèle » qui comprenait 50 cellules d'isolement n'accueillait que les prisonniers récalcitrants. Ils étaient maintenus dans un silence complet pendant des mois pour mieux les aider à retrouver le droit chemin.

 

Selon la volonté britannique, l'expérimentation de l'isolement devait remplacer les châtiments corporels pour une vision « plus humaine » de la détention... Mais le traitement expérimental amena de nombreux détenus tout droit à la folie !

 

En visitant le site, un paradoxe surgit. Contrairement à ce que laisse supposer la légende, les détenus de Port Arthur bénéficiaient de conditions de vie plus clémentes qu'en Angleterre ou en Irlande.

 

En effet, la plupart des détenus qui purgèrent leurs peines à Port Arthur étaient formés pour apprendre un métier. Des cours d'alphabétisation étaient aussi dispensés tous les soirs pour mieux aider à une hypothétique reconversion.

 

A l'issue de leur peine, les convicts libérés se voyaient soit octroyer un lopin de terre soit encore envoyer vers les plantations de Tasmanie où ils étaient cantonnés à des tâches ingrates.

 

De nombreux convicts ont également été employés par le gouvernement pour construire des routes notamment.

 

Vous aimez voyages.net? Parlez de nous à vos amis sur FaceBook Partager
Vous aimez voyages.net?
Parlez de nous à vos amis

Partager sur Facebook

Menu voyage

Destination